Archive

Monthly Archives: July 2013

par Michal Raz :

http://gss.revues.org/2744

De 1924 à 1927, un comité spécial d’experts, nommé par la Société des Nations (SDN) a pour but d’étudier ce qu’on appelait « la traite des blanches ». Aux alentours de 2004, Jean-Michel Chaumont, professeur de sociologie historique à l’Université catholique de Louvain, découvre les archives de ce comité, situées à Genève, et commence un travail méticuleux pour comprendre comment le rapport final a été rédigé et sur quelles bases empiriques. Plus de quatre-vingt ans après sa publication donc, ce rapport, considéré jusqu’alors comme un document fiable et scientifique, se révèle farfelu. Lorsque l’on examine les coulisses de sa rédaction – ce que Jean-Michel Chaumont nous permet de faire de façon détaillée – on se rend compte à quel point les conclusions sont faussées, combien d’informations concernant son objet ont été occultées, censurées, manipulées.

Advertisements

par Nasima Boujoud et Dolorès Pourette

http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CEA_179_1093

Des cas d’« esclavage moderne » sont dénoncés dans les secteurs de la domesticité et de la prostitution, secteurs où sont majoritairement orientées les femmes non qualifiées originaires de pays défavorisés. Des données ethnographiques recueillies au Maroc, auprès de domestiques ayant fait l’objet d’un « trafic » entre leur village et la ville, et en France, auprès de migrantes originaires de différents pays, montrent que les formes contemporaines de « traite » des femmes s’enracinent dans des structures de domination anciennes liées aux rapports sociaux de classe, de genre et d’origine. Les récits de migrantes soulignent que leur implication dans des « trafics » résulte le plus souvent de « stratégies » migratoires, niées dans les discours publics et politiques.

par Mathieu TRACHMAN 

Dans le monde de la pornographie française, les actrices gagnent toujours plus que les acteurs. Cet écart met en évidence les deux significations du travail pornographique : un sens féminin où le salaire rémunère une marchandise prisée et un sens masculin où le salaire est une compensation supplémentaire à une activité satisfaisante en elle-même. Cependant, le maintien de cette différence suppose une occultation de divers aspects des transactions. Pour justifier leur salaire, les actrices doivent tenir pour implicite les attraits de leur travail, tandis que les acteurs doivent lutter contre la réduction de leur travail à une rétribution sexuelle.

 

accéder à l’article 

par Magaly Rodríguez García 

Cet article donne un aperçu de l’information sur le trafic humain et la prostitution réunie par la Société des Nations dans les années 1920 et 1930. Les riches archives de cette organisation conservées à Genève contiennent de nombreuses données sur les conditions de travail de prostituées actives dans plus de cent villes à travers le monde, sur leurs antécédents et sur leurs motivations pour entrer dans la prostitution. Elles constituent donc une base de premier ordre pour l’étude comparative du trafic humain et du sexe tarifé à l’échelle mondiale. L’article fournit une brève histoire des origines du mouvement contre le trafic humain et de l’activisme initial de la SDN au début des années 1920. Il analyse les enquêtes menées par l’organisation internationale sur le trafic des femmes et des enfants du milieu des années 1920 au début des années 1930. Il rend compte des initiatives de la SDN en faveur de la réhabilitation des prostituées et de la prévention de la prostitution.

accéder à l’article