Archive

Tag Archives: Traite

Entretien avec Heike Rabe, conseillère politique à l’Institut allemand pour les droits humains (Deutsches Institut für Menschenrechte)

Research Project Germany

UN Member States appraise Global Action Plan to combat human trafficking. Photo: United NationsLes États membres de l’ONU évaluent le plan d’action mondial de lutte contre la traite des êtres humains. Photo: Nations Unies. Photo: Mark Garten/ONU

Entretien avec Heike Rabe, conseillère politique à l’Institut allemand pour les droits humains (Deutsches Institut für Menschenrechte)

L’ONU appelle à une lutte mondiale contre la traite des êtres humains. En Allemagne, l’accent est mis sur la prostitution forcée.* Dans une interview réalisée par Ute Welty pour le service des actualités allemandes detagesschau.de, l’avocate Heike Rabe déplore le manque de données fiables. Elle ne pense pas grand bien des intentions pour resserrer la loi sur la prostitution.

S’il vous plaît notez que le droit d’auteur pour cette interview est avec tagesschau.de et qu’elle n’est pas soumise à une licence Creative Commons.

Qui est victime de traite des êtres humains? Est-ce principalement le problème de ce qu’on appelle la prostitution forcée?

Lorsque l’on parle de traite…

View original post 1,457 more words

Arrianna Marie Coleman (trad. : Selim Nadi)

texte original : http://aconerlycoleman.wordpress.com/2013/12/03/anti-blackness-in-the-anti-trafficking-movement-modern-day-slavery-and-the-erasure-of-racial-slavery/

Arrianna Marie Coleman est diplômée de l’Université de Chicago en histoire et science politique, et tient un blog politique : http://aconerlycoleman.wordpress.com. Elle a travaillé dans l’enseignement, en tant qu’avocate de SDF, dans des organisations anti-traite ainsi que dans le replacement de réfugiés/demandeurs d’asile. Désormais, son travail et son engagement sont différents. Elle s’intéresse notamment aux processus migratoires et aux discours tenus sur ceux-ci. Elle s’intéresse également aux États postcoloniaux d’Afrique. 

 accéder à l’article

par Françoise GUILLEMAUT

L’article propose une réflexion sur la problématique de la prostitution de fem­mes africaines dans les rues en France. S’agit-il de trafics d’êtres humains ou de phénomènes de migrations ? Quel est le rôle des rituels magiques (juju) dans ce contexte ? Comment les femmes concernées vivent-elles leur situation ? Nous examinerons les différentes modalités de mobilité géographique des femmes africaines et nous entendrons comment les femmes elles-mêmes parlent du juju, de leurs rapports aux croyances magiques ou religieuses. Les résultats présentés ici sont le fruit d’un terrain de 12 années passées au contact quotidien des fem­mes concernées. En conclusion, nous tenterons de mettre en évidence les para­doxes que révèlent ces observations par rapport aux discours majoritaires et aux normes en vigueur sur le sujet de la traite des êtres humains.

 

lire l’article 

Analyse: Les travailleurs du sexe font les frais de la lutte contre la traite des personnes

par IRIN, nouvelles et analyses humanitaires, Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies.

KATMANDOU, 5 septembre 2013 (IRIN) – Bien que partant d’une bonne intention, les lois et les interventions qui visent à réduire la traite des personnes en ciblant les travailleurs du sexe peuvent mettre la santé de ces derniers en péril et entraîner des violations des droits humains, disent les experts.  …..

LES POINTS CLÉS

  • Les descentes effectuées dans les maisons de prostitution compromettent la sécurité des travailleurs du sexe
  • Les opérations de lutte contre la traite des personnes peuvent entraîner une violation des droits des travailleurs du sexe
  • Les approches visant à « mettre fin à la demande de prostitution » présentent des lacunes
  • Il est nécessaire d’impliquer les travailleurs du sexe dans les politiques de lutte contre la traite des personnes

 

par Chris CORRIN

 

Les débats féministes sur la traite des femmes et la prostitution sont ici liés aux discours et aux politiques concernant les droits de l’homme afin d’évaluer les propositions destinées à atténuer les tensions qui pèsent sur la situation des femmes. La façon dont on conçoit politiquement la prostitution joue sur les décisions et la formulation des stratégies politiques adoptées, les pays voisins pouvant opter pour des approches législatives radicalement différentes. La liberté de choix des femmes, leur victimisation et leurs pratiques de résistance sont des questions centrales. Le trafic des femmes, par sa nature, conduit à des situations de violence et à des formes de contrôle social ; il crée des relations complexes entre migration, traite des êtres humains et contrebande. Une rapide vision d’ensemble sur la traite des femmes, dans la partie Sud-Est de l’Europe (SEE), met en relief d’abord l’impact de la militarisation sur certaines sociétés de l’ancienne Yougoslavie. La traite des femmes dans un contexte militarisé cumule les effets de l’usage de la force et du contrôle social exercé sur elles pour les obliger, par des moyens spécifiques, à se prostituer. Le droit pénal et la législation sur les droits de l’homme ne coexistent pas aisément avec les actions militaires et les sanctions des Nations Unies destinées à renforcer ou à déclencher la lutte contre les atteintes à ces droits. Au premier plan de ces débats se pose le problème, à la fois social et intellectuel, de la culpabilisation des femmes et des jugements moraux formulés à leur encontre. Des chercheuses féministes considèrent que des changements pratiques dans la législation portant sur les droits et les migrations favoriseraient la lutte contre la traite des femmes.

 

lire l’article intégral ici

Par Matthias Lehmann et Sonja Dolinsek, traduction Thierry Schaffauser
texte original : http://feministire.wordpress.com/2013/06/06/does-legal-prostitution-really-increase- human-trafficking-in-germany/

[Lors de la campagne irlandaise pour criminaliser les clients des travailleuSEs du sexe, les partisans de cette proposition ont régulièrement mis en avant l’expérience allemande comme “preuve” de l’échec de la légalisation – en dépit du fait que le modèle de l’Allemagne n’est pas réellement défendu par qui que ce soit dans le débat irlandais. Un récent article dans le journal allemand Der Spiegel a semblé fournir un soutien en faveur de l’opinion selon laquelle la légalisation a échoué, ce qui a été récupéré et cité par les militantEs pour la criminalisation en Irlande. Dans ce texte, traduit par les auteurs à partir de l’allemand, les deux chercheurs basés à Berlin expliquent en quoi Der Spiegel s’est trompé.]

lire l’article en entier : Dolinsek Lehmann la légalité de la prostitution fait elle vraiment augmenter la traite en allemagne

par Nasima Boujoud et Dolorès Pourette

http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CEA_179_1093

Des cas d’« esclavage moderne » sont dénoncés dans les secteurs de la domesticité et de la prostitution, secteurs où sont majoritairement orientées les femmes non qualifiées originaires de pays défavorisés. Des données ethnographiques recueillies au Maroc, auprès de domestiques ayant fait l’objet d’un « trafic » entre leur village et la ville, et en France, auprès de migrantes originaires de différents pays, montrent que les formes contemporaines de « traite » des femmes s’enracinent dans des structures de domination anciennes liées aux rapports sociaux de classe, de genre et d’origine. Les récits de migrantes soulignent que leur implication dans des « trafics » résulte le plus souvent de « stratégies » migratoires, niées dans les discours publics et politiques.